Centre-ville : Les bons chiffres de Cœurs de ville/Cœurs de Métropole

Les premiers travaux du projet Cœurs de Ville/Cœurs de Métropole n’ont pas provoqué de congestion ni entamé le dynamisme du centre-ville de Grenoble. Bien au contraire.

Il y a un an, la Métropole lançait le projet Cœurs de ville/Cœurs de Métropole, avec un objectif : renforcer l’attractivité des centres-villes et centres-bourgs de son territoire grâce à des aménagements urbains et une plus grande piétonisation de l’espace public. À l’époque, l’opération avait provoqué des inquiétudes des commerçants et des automobilistes, en particulier à Grenoble. Un an après le début des travaux, les premiers chiffres tendent à démontrer qu’elles n’étaient pas fondées.

Un observatoire a été créé en effet pour recueillir et analyser de nombreux indicateurs (recueillis en partenariat avec l’opérateur téléphonique Orange) pouvant évaluer le projet Cœurs de ville/Cœurs de Métropole : la circulation, les modes de déplacement, la fréquentation du centre-ville, des transports en commun et des parkings, la pratique du vélo, l’usage de la marche ou encore l’attractivité économique et commerciale.

Voir l'image en grand« On nous annonçait le chaos, rappelle Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. Mais la catastrophe annoncée n’est pas arrivée (…). Aujourd’hui, les signaux sont même au vert ». Le maire de Grenoble, Éric Piolle, renchérit : « La tendance est en effet positive (…). Le projet prend forme petit à petit, et le doute qui pouvait animer certains au départ laisse la place désormais à de l’impatience ».

La vacance commerciale en repli

Concrètement, « la fréquentation du centre-ville est restée stable, note Yann Mongaburu, président du SMTC (Syndicat mixte des transports en commun). En revanche, les modes de déplacements pour accéder au centre-ville ont sensiblement évolué ». L’observatoire a constaté, par exemple, une baisse de l’usage de la voiture de 4% aux entrées et de 3% aux sorties du centre-ville depuis la mise en place du nouveau plan de circulation. Il n’y a donc pas davantage d’embouteillages qu’avant.

La vente d’abonnement pour les parkings couverts de la Métropole a connu une croissance de 4% entre 2016 et 2017 pendant que l’usage des parkings-relais était en hausse de 7%. Les deux lignes Chrono empruntant l’axe Rey-Agutte Sembat ont vu également leur fréquentation augmentée de 7% pour la C1 (Meylan-Jean Macé) et de 6% pour la C4 (Eybens-Victor Hugo). Enfin, la pratique du vélo est aussi en hausse : +5% entre 2016 et 2017. Même tendance pour la marche : +3%.

Du côté des commerces, là-aussi, les chiffres demeurent positifs. La vacance commerciale, c’est-à-dire le nombre de locaux commerciaux ne trouvant pas preneurs à la location, se trouve en léger retrait. Entre 2017 et 2018, elle est passée de 8,8% à 8,3%. Selon Procos, la fédération du commerce spécialisé, la moyenne nationale se situait à plus de 11% en 2017. Le gouvernement vient d’ailleurs d’annoncer un plan de revitalisation de plus de 200 centres-villes français, baptisé « Action cœur de ville », pour cinq milliards d’euros sur cinq ans.

Une nouvelle société foncière

Plusieurs actions ont été lancées pour soutenir les commerçants pendant les travaux. Une animatrice, dont le revenu est financé à 90% par la Métropole, a été embauchée par l’association Label Ville. Elle est chargée de mettre en place des animations pour dynamiser le centre-ville. Parallèlement, la Métropole soutient ou organise diverses animations comme le Bal des quais (pour lequel un appel à candidatures est lancé) ou la Descente des alpages. Le conseil métropolitain a également voté l’exonération de la redevance d’occupation du domaine public des commerçants implantés dans les zones de chantier les plus touchées par les travaux.

Enfin, Guy Jullien, vice-président de Grenoble Alpes Métropole délégué aux commerces, a annoncé le lancement d’une étude, en partenariat avec l’Établissement public foncier local, pour créer une société foncière dont l’objet sera d’acheter les locaux commerciaux vacants afin de les rénover et de les mettre à la location (à des prix modérés). Déjà utilisé dans plusieurs villes de France (Paris, Bordeaux, Toulouse…), ce dispositif est un outil supplémentaire pour lutter contre la vacance commerciale et dynamiser le centre-ville. « J’espère pouvoir le mettre en place avant la fin du mandat », a indiqué Guy Jullien.

// Consulter le dossier de presse

// Dans la Presse


Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole : les travaux se poursuivent sur l’axe Rey / Agutte-Sembat / Lyautet, la piétonnisation s’accélère pour le quartier Millet

Axe Rey / Agutte-Sembat / Lyautey : 5 phases de travaux

Phase 1 : boulevard Edouard-Rey (du 5 mars au 29 juin 2018)

– Opérations réalisées :

  • Rénovation des branchements d’eaux usées.
  • Renouvellement des conduites de chauffage urbain.

– Conditions de circulation :

  • Maintien de deux sens de circulation.
  • Suppression du stationnement de part et d’autre de la voie. Les riverains sont invités à stationner dans les rues adjacentes pendant les travaux.

Phase 2 : boulevard Edouard-Rey (du 2 au 29 juin 2018)

– Opération réalisée :

  • Rénovation des branchements d’eaux usées.

– Conditions de circulation :

  • Maintien de la circulation sur une seule voie.
  • Suppression du stationnement au droit des zones de travaux.

Phase 3 : boulevards Lyautey et Agutte-Sembat (du 14 mai au 14 septembre)

– Opérations réalisées :

  • Retrait des enrobés amiantés entre le carrefour Chavant et la rue Tartari, du 14 au 25 mai. Ces opérations se dérouleront dans le respect des réglementations en vigueur : intervention dans un périmètre fermé, arrosage de la zone de travail, utilisation de masques et de combinaisons.
  • Renouvellement des conduites de chauffage urbain.
  • Fin des travaux le 13 juillet sur le tronçon rue Tartari / rue François Raoult.

– Conditions de circulation :

  • Circulation en sens unique Chavant-Lesdiguières (circualtion réservée aux véhicules autorisés entre les rues Hoche et Lesdiguières – périmètre de la Zone à trafic limité).
  • Suppression du stationnement sur le boulevard Maréchal-Lyautey (côté Poste).
  • Fermeture ponctuelle des accès rues Tartari et Beccaria.

Phase 4 : cours Lafontaine et rue Béranger (de juillet à août 2018)

– Opération réalisée :

  • Rénovation des branchements d’eaux usées.

– Conditions de circulation :

  • Circulation inchangée sur le cours Lafontaine.
  • Conditions de circulation sur la rue Béranger précisées ultérieurement.

Quartier Millet : vers un quartier plus doux

De mars à juin, dans le cadre de la piétonnisation du quartier Millet, quatre nouvelles bornes d’accès seront prochainement installées rue de Sault, rue Saint-Jacques, rue de la Poste et rue de Bonne. Elle seront mises en services avant l’été 2018, un badge sera donc nécessaire pour accéder au zones piétonnisées (vous pouvez d’ores et déjà en faire la demande sur le site de la Métropole ou sur rendez-vous auprès de la Maison des Habitants du Centre-Ville).

Parallèlement au déploiement de ces bornes d’accès, du mobilier urbain éphémère sera installé pour expérimenter de nouveaux usages. Les travaux d’aménagement du nouveau secteur piéton débuteront quant à eux à partir de mi-2019.

// En savoir plus


Début des aménagements

Les travaux de la place Grenette débute mi-janvier 2018 et vont s’étendre jusqu’en juin. Ils vont permettre la mise en valeur de cette place symbolique du centre ville grenoblois, par la reprise de la voirie, son arborisation et la mise en place de nouveaux mobiliers urbains pour l’apaiser. Ces réaménagements ont pour objectif de redynamiser les cheminements piétons dans le centre ainsi que redonner de l’attractivité à ce pole de vie et de commerce.

Pour en savoir plus :

Lire l’article sur les transformations de la place Grenette


Le conseil métropolitain du 10 Novembre 2017 a approuvé le lancement de la phase d’Aménagement pour l’axe Sembat-Rey-Lyautey et les secteurs Brocherie-Chenoise et République-Grenette-MontorgeLes travaux ont d’ores et déjà commencé et il est prévu qu’ils durent jusqu’à mi-2018 dans les secteurs Brocherie-Chenoise et République-Grenette-Montorge. Coté Sembat-Rey-Lyautey, les travaux de la Compagnie de chauffage devant encore durer jusqu’à mi-2018, la fin des réaménagements est prévu pour 2019.

Pour en savoir plus :

Aménagement : Le centre de l’agglomération va changer de visage avec Cœurs de ville, cœurs de Métropole


En parallèle, Atmo’ Auvergne Rhône-Alpes a publié une première étude sur la qualité de l’air depuis la mise en place du nouveau plan de circulation. Cet éclairage sur la qualité de l’air, bien que précoce, apporte quelques éléments :

  • Les niveaux de NO2 mesurés depuis la mise en place du nouveau plan de circulation sont inclus à l’intérieur du « fuseau » des 10 années précédentes (très proche du niveau moyen des 10 dernières années).
  • Les données d’une seule station de mesure ne permettent pas d’évaluer l’évolution des populations impactées par le projet sur l’ensemble du cœur de l’agglomération

“Toutefois, la sensibilité du cœur de l’agglomération sur le plan de la pollution de l’air justifie qu’une évaluation adaptée des impacts du projet « Cœurs de ville, Cœurs de Métropole » soit réalisée. Ainsi, il est prévu qu’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes réalise en 2018 une étude qui comportera deux volets :

  • Une campagne de mesures dans le cœur de l’agglomération. Elle a pour objectif d’évaluer la situation « Après mise en place du nouveau plan de circulation » et viendra compléter les campagnes de mesures conduite en 2014 et 2016 qui ont permis de qualifier de la situation « Etat initial »
  • Une évaluation par modélisation. Les modèles de qualité de l’air utilisés par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes permettent de cartographier la qualité de l’air de l’agglomération à haute résolution spatiale. Ces modèles prennent en compte les émissions des différents secteurs d’activité (dont trafic routier), le relief, le bâti (e.g. influence des « rues canyons »), les conditions météorologiques etc. Ces modèles seront mobilisés pour simuler les conditions « Avant » et « Après » et ainsi évaluer les impacts du nouveau plan de circulation sur la qualité de l’air. Cette approche demande de disposer d’une description fiable du trafic dans les deux conditions simulées.

Cette étude sera conduite en 2018 et les résultats seront connus début 2019.”

// Retrouver l’intégralité de la publication d’Atmo Auvergne Rhône Alpes


Observatoire des déplacements

Lors du Comité syndical du 2 Novembre, l’Observatoire des déplacements de la métropole grenobloise a présenté les premières tendances concernant la circulation depuis la mise en place du nouveau plan de circulation préfigurant le futur Cœur de ville piéton. On observe une baisse du trafic et de la congestion dans le secteur observé et autour, sur ses entrées. Un signe plus qu’encourageant, avant la poursuite des aménagements.

Retrouvez  la présentation projetée lors du Conseil Syndical.


 

Conférence de presse du 5/1/2016 sur le bilan de la concertation par Yann Mongaburu, président du Syndicat mixte des transports en commun (SMTC), Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole délégué aux espaces publics et à la voirie, Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole et Éric Piolle, maire de Grenoble.

Bilan de la concertation

La concertation préalable qui s’est déroulée à l’automne 2016 a permis de recueillir l’avis des métropolitains sur le projet d’aménagement du centre-ville de Grenoble. Le bilan de cette concertation fait état d’une adhésion globale aux grands objectifs du projet, notamment sur l’extension de la zone piétonne du centre-ville. Celle-ci pourrait être mise en œuvre dès le printemps 2017. Le dossier de presse du bilan de la concertation est disponible en cliquant ici.

Riverains, commerçants, piétons, cyclistes, usagers des transports publics ou automobilistes et acteurs du territoire… Du 26 septembre au 7 novembre 2016, l’ensemble des métropolitains ont été invités à s’exprimer sur le projet « Cœurs de ville – Cœurs de métropole Grenoble » à l’occasion de la concertation préalable.
Plus de 2 300 votes ont ainsi été enregistrés via la plateforme participative de la Métropole et 700 avis et remarques écrits recueillis. Par ailleurs cinq balades urbaines et trois ateliers ont été organisés afin de partager et de débattre du projet.

Le projet, rappelons-le, a pour objectif de rendre le centre-ville plus accessible et plus agréable à vivre, avec des déplacements apaisés et une vie commerciale dynamique. Le constat partagé par l’ensemble des acteurs faisant aujourd’hui état d’un secteur fragmenté, bruyant et peu valorisé.

Un projet qui s’appuie sur plusieurs axes : l’extension de la zone piétonne de la place Grenette vers les quartiers Saint-Laurent et Championnet/Bonne, le réaménagement de l’axe Rey-Agutte Sembat – Lyautey,  la réorganisation de la circulation automobile et le transfert vers d’autres modes de déplacements, la valorisation du patrimoine architectural et la dynamisation du commerce de proximité… (voir le détail du projet).

Les grandes tendances de la consultation

L’extension de la zone piétonne a reçu un large écho positif dans la mesure où des solutions pratiques sont proposées  pour tous les usages quotidiens spécifiques : accès riverains, livraisons, accessibilité des PMR….

Par ailleurs, les contributeurs ont signifié des attentes fortes en matière de stationnement des vélos – jugés insuffisants, mal répartis ou peu identifiables – ainsi qu’en matière de réduction des nuisances sonores.

Étendre le « plateau piéton ». Plusieurs secteurs sont concernés, de la caserne de Bonne au secteur Brocherie-Chenoise Maintenir l’accessibilité du centre-ville par l’évolution des déplacements. Cela passera notamment par des plans de circulation et de stationnement revus et un encouragement à utiliser d’autres modes que la voiture. Réaménager l’axe Rey – Agutte Sembat – Lyautey. Ligne de fracture urbaine où circulent près de 14 000 véhicules par jour (dont 30 % de transit), responsables de nombreuses nuisances (pollution de l’air, bruit, insécurité routière…). Il doit être entièrement repensé.

Concernant le réaménagement du boulevard Agutte Sembat, les avis expriment une demande d’information supplémentaire sur le fonctionnement de cet axe après réaménagement.

La concertation préalable a ainsi permis de conforter le projet, de l’affiner et d’en entériner les grands principes. Le conseil métropolitain du 3 février prochain sera donc amené à se prononcer sur :

  • La mise en œuvre à partir du printemps 2017 de l’extension des zones piétonnes
  • L’étude des évolutions possibles du fonctionnement des zones piétonnes
  • Le lancement des études sur l’aménagement des boulevards Lyautey, Agutte-Sembat et Rey
  • La mise en place dès le printemps 2017 d’un premier plan de circulation adapté (en raison de travaux concomitants menés par la Compagnie de chauffage et d’autres gestionnaires de réseaux)
  • Une meilleure accessibilité et lisibilité des parcs de stationnements publics du centre-ville
  • Le lancement des études pour l’aménagement du carrefour Gambetta-Berriat-Lafontaine-Béranger
  • Le lancement des études sur le possible réaménagement de la place Championnet
  • Le lancement des études pour la réalisation rapide de nombreux stationnements vélos
  • Le développement des initiatives et réalisations artistiques sur l’espace public
  • La mise en place d’expérimentations et de tests d’usages sur les différents secteurs du projet
  • La mise en place d’un observatoire avec suivi régulier du projet.

Une nouvelle phase de dialogue se poursuivra en 2017 afin d’affiner la question des usages et de l’aménagement des espaces urbains.


// Retrouvez les étapes et les éléments soumis à la concertation de l’automne 2016 :

// Revue de presse :