GEG entend quasiment tripler une production actuelle 100% renouvelable de 144 gigawatts/heure (dont 97 en hydroélectricité, 16 en éolien, 12 en photovoltaïque et 19 en biométhane) à presque 400 GWh (dont 143 en hydroélectricité, 209 en éolien, 27 en photovoltaïque et 19 en biométhane).

Ce niveau de production “représente le niveau de consommation des particuliers grenoblois”, a précisé Christine Gochard, directrice générale de GEG.

“GEG a compris depuis longtemps que les énergies renouvelables ne sont pas un supplément d’âme mais l’avenir”, a souligné Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble, qui entend “créer la ville post COP21”.

L’entreprise, née il y a 150 ans à Grenoble, berceau de la “houille blanche”, a un “focus important sur l’hydroélectrique”, néanmoins “l’éolien est le plus générateur d’opportunités”, a souligné Mme Gochard.

L’entreprise, qui a déjà un parc éolien à Rivesaltes (Pyrénées-orientales) a plusieurs projets en Picardie, dans la Somme et dans l’Oise. Si certains font l’objet de recours, suffisamment d’autres sont assurés de voir le jour pour atteindre l’objectif visé en 2022, selon Julien Decaux, directeur adjoint à la production énergies renouvelables.

 

// Lire la suite de l’article sur le site de France info