Votés lors du conseil métropolitain du 10 novembre dernier, les programmes d’aménagement des secteurs Rey/Sembat/Lyautet et République/Grenette/Montorge du projet Cœurs de ville, Cœurs de Métropole / Grenoble, vont connaître de sérieuses concrétisations cette année.

Sur l’axe Rey/Sembat/Lyautet, des tests d’usage grandeur nature ont été mis en place et demeureront jusqu’en mars 2018, avant la reprise des travaux de réseaux en août 2018

Une Zone à trafic limitée sur l’axe Rey/Sembat/Lyautet

À commencer par l’axe Rey/Sembat/Lyautet, où des tests d’usage grandeur nature ont été mis en place depuis la fin du mois de novembre 2017 par une signalétique au sol. Jusqu’en mars 2018, celle-ci doit permettre aux usagers de se familiariser au nouvel axe Chronovélo (situé au centre du boulevard) – avant son aménagement définitif au printemps 2019 -, de signifier l’extension considérable que connaîtra la largeur des trottoirs, et de visualiser et repérer les places de livraison et les places de stationnement réservées aux personnes à mobilité réduite.

Parallèlement, sur le boulevard Agutte-Sembat et ses rues adjacentes (Place Dr Léon-Martin, rue Millet, rue Guétal, rue de Bonne, rue Blanc-Fontaine, rue Corneille, rue Molière ainsi qu’autour de la place Victor-Hugo) la limitation de la circulation aux seuls piétons, cycles, transports en commun et véhicules autorisés est désormais actée et caractérisée par la création d’une Zone à trafic limité (ZTL) dotée de marquages au sol et de panneaux de signalisation.

En terme de calendrier, après ces tests d’usages prévus jusqu’en mars 2018, les travaux de réseaux reprendront jusqu’en août 2018, avant de laisser la place, de septembre à novembre 2018 à de lourds travaux d’entretien sur le boulevard Lyautet et le démarrage des aménagements sur les boulevards Rey et Sembat.

Les ouvrages définitifs seront réalisés de janvier à mai 2019, les finitions de juillet à septembre 2019 et des arbres seront enfin plantés en novembre 2019.

Place Grenette : début des travaux le 15 janvier

Vue d’architecte de la place Grenette, une fois refaite.

Les travaux concernant la modernisation et la valorisation de la place Grenette, emblème du centre-ville grenoblois, vont commencer dans quelques jours (le 15 janvier) pour une durée de cinq mois (jusqu’à début juin 2018). Tout le mobilier urbain sera retiré pour libérer de l’espace au sol.

Réduite en largeur, la surface des terrasses sera étendue en longueur afin de favoriser la circulation piétonne de chaque côté desdites terrasses.

Pour lutter contre les îlots de chaleur – confortés par la nature très minérale de la place -des arbres seront plantés de part et d’autre des terrasses, et un dispositif d’ombrage uniforme devrait nettement améliorer le confort de ces dernières. Très abimées, les dalles au sol seront renouvelées.

Côté éclairage, des luminaires seront suspendus de part et d’autre des terrasses, et la fontaine de la place sera valorisée le soir par la présence de projecteurs qui pourront également projeter des animations au sol.

La Métropole soutient les commerçants

Si ces aménagements ont pour finalité d’améliorer le cadre de vie urbain, le développement de l’attractivité commerciale et la fréquentation du centre-ville, le temps des travaux est souvent redouté par les commerçants qui voient parfois leur activité diminuer.

Pour palier ces désagréments, la Métropole a décidé de leur apporter un soutien particulier en organisant ou soutenant dernièrement plusieurs événements comme le Bal des quais ou la Descente des alpages. Elle a par ailleurs voté en conseil métropolitain l’exonération de la redevance d’occupation du domaine public des commerçants implantés dans les zones chantier les plus sensibles du projet Cœurs de Ville, Cœurs de métropole /Grenoble.

Enfin, une animatrice, dont le revenu est financé à 90% par la Métropole vient tout juste d’intégrer l’association Label Ville, qui fédère 17 unions commerciales de Grenoble (4500 commerçants). Elle sera en charge de proposer un plan d’actions pour dynamiser et soutenir les commerces, l’animation étant l’un des leviers les plus efficaces pour le maintien des flux en centre ville.

// Lire l’article sur le site de La Métro