Sélectionner une page

boisGrenoble, 21 juin 2016

La première réunion du Club des professionnels du chauffage au bois organisée par Grenoble-Alpes Métropole, le Grésivaudan, le Pays Voironnais, l’ADEME et la DREAL1, s’est déroulée hier soir en présence de Jérôme Dutroncy, vice-président de Grenoble-Alpes Métropole en charge de l’Environnement, de l’air, du climat et de la biodiversité et de Jean-Pierre Foray, chef de l’Unité départementale de la DREAL et de nombreux professionnels.

Le Club des professionnels du chauffage au bois a pour objectif :

// De mettre en place une synergie avec les collectivités afin de permettre le renouvellement des appareils de chauffage au bois non-performants

// De proposer des temps d’échange entre les fabricants, vendeurs, installateurs d’appareils et de conduits de cheminées, ramoneurs, producteurs et vendeurs de bois combustibles, autour des enjeux du chauffage au bois et de la qualité de l’air.

A cette occasion, 34 spécialistes du chauffage au bois ont signé la Charte d’engagement en faveur de la qualité de l’air. Ces techniciens, qualifiés dans différents domaines d’intervention, s’engagent ainsi à sensibiliser et à conseiller leurs clients sur l’impact environnemental du chauffage au bois lorsqu’il est utilisé dans de mauvaises conditions.

À titre d’exemple :

une cheminée à foyer ouvert émet 30 fois plus de particules qu’un appareil moderne performant,
brûler du bois vert ou humide diminue fortement le rendement énergétique et augmente significativement les  émissions de polluants.

L’engagement des professionnels s’inscrit dans le cadre du dispositif de la Métropole, du Grésivaudan, du Pays Voironnais, de l’Etat et de l’ADEME en faveur de la réduction de l’impact du chauffage au bois sur la qualité de l’air. En effet, 43% des émissions annuelles de particules fines sont imputables au chauffage individuel au bois, ce pourcentage peut atteindre 75% des émissions de particules fines en période hivernale.

La Métropole de Grenoble, le Grésivaudan et le Pays Voironnais proposent, avec le soutien de l’ADEME (dans le cadre de son appel à manifestation d’intérêt Fonds Air), des aides aux particuliers pour le remplacement d’un appareil de chauffage au bois non-performant. Le montant de cette aide varie entre 400 € et 1 200 € selon les situations. Cette prime pourra permettre de renouveler 8 200 appareils d’ici 5 ans. L’enjeu économique est donc significatif pour les professionnels du chauffage au bois, le chiffre d’affaires généré par ce dispositif est estimé à plus de 40 millions d’euros.

La liste des professionnels signataires de cette charte est disponible auprès des Espaces info Energie (04 76 14 00 10).

Share This