Yann Mongaburu, vice-président de la Métropole (délégué aux déplacements), avait choisi l’emphase, vendredi soir lors du conseil métropolitain. L’emphase, pour rappeler que « dès 2014, la Métropole a été très claire, sur sa solidarité pour maintenir la ligne Grenoble/Gap sur l’intégralité de son parcours ».

« Il nous aura fallu 5 ans et demi pour faire entendre raison. C’est long. Beaucoup de temps a été perdu, pour convaincre tous ceux qui croyaient qu’on pouvait rayer une ligne ferroviaire du territoire… sans que le territoire se soulève ».

// Lire la suite sur le site du Dauphiné Libéré