En France, la température moyenne augmente régulièrement depuis plusieurs décennies et 2018 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée. Ce réchauffement climatique a notamment pour conséquences des vagues de chaleur plus fréquentes, des pluies de plus en plus intenses, davantage de surfaces touchées par la sécheresse… avec de nombreux impacts en matière de risques naturels, de santé, d’économie… Dans les Alpes, les effets du changement climatique sont, plus qu’ailleurs, particulièrement visibles (glaciers en recul, éboulements, modification de la végétation…).

Face à cela, le Plan Climat Air Énergie métropolitain vise à structurer l’action de la collectivité en matière d’adaptation au dérèglement climatique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’amélioration de la qualité de l’air. Adopté en 2005, la Métropole a lancé la mise à jour de ce dernier afin de répondre à la nécessité d’agir plus fort et plus vite en la matière et de l’adapter aux évolutions du territoire.

« Le nouveau Plan Climat Air Énergie territorial a été conçu comme un véritable projet de territoire à l’image des grands outils de planification que sont le PDU* ou le PLUI*. Il a vocation à mobiliser le plus largement possible les citoyens et à placer le climat au cœur de toutes les politiques publiques », indique le président de la Métropole grenobloise.

Cinq objectifs à l’horizon 2030…

Arrêté par la Métropole en juillet dernier, le nouveau Plan Climat Air Énergie vise à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre, à diminuer de 40% la consommation d’énergie sur le territoire, à produire davantage d’énergie renouvelable et de récupération, à s’adapter aux impacts du dérèglement climatique et à atteindre les seuils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière de qualité de l’air.

Il recense des actions déjà existantes à renforcer, comme l’amélioration de l’efficacité énergétique des logements ou la valorisation des déchets et d’autres, nouvelles, à initier. Certaines propositions ont été formulées lors de la concertation préalable organisée au printemps 2019 (celle-ci ayant enregistré 400 propositions).

… et un budget participatif dédié à la transition énergétique

Parmi les nouvelles actions évoquées dans le Plan Climat Air Énergie 2020-2030 figure notamment la proposition d’un budget participatif dédié à la transition énergétique et écologique dès 2021. Celui-ci, doté d’un budget d’investissement de 1 million d’euros la première année puis de plusieurs millions par la suite, permettra de financer la réalisation de projets portés par les habitants.

Du 31 octobre au 2 décembre, La Métropole lance un nouvel appel à la mobilisation des citoyens afin qu’ils s’expriment sur le sujet.

Comment donner son avis ?

Dès le jeudi 31 octobre à 9h, il sera possible de contribuer en ligne sur le site participation.lametro.fr

Le dossier de consultation et des registres d’enquête seront également à disposition du public au siège de Grenoble-Alpes Métropole et dans huit mairies métropolitaines. Il sera également possible de contribuer par voie postale.

Détails sur participation.lametro.fr


* PDU : plan de déplacements urbains
PLUI : Plan local d’urbanisme intercommunal

En savoir plus

// Retrouvez cet article sur le site de Grenoble-Alpes Métropole