Jeter ses restes de repas ou ses épluchures dans la poubelle d’ordures ménagères, ce geste fera bientôt partie du passé avec la généralisation progressive du tri des déchets alimentaires en cours dans la Métropole.

Une véritable ressource

Pourquoi ? Parce que ces déchets organiques – qui représentent 30 % du poids de notre poubelle, soit environ 60 kg par habitant et par an dans l’agglomération – sont une véritable ressource pouvant servir à produire du compost et, très bientôt dans notre territoire, du biogaz. Le centre de compostage de Murianette sera en effet équipé en 2021 d’une unité de méthanisation permettant de produire cette énergie renouvelable à partir de la fermentation des déchets alimentaires.

315 tonnes : c’est la quantité de déchets alimentaires déjà triés entre mars et août dernier dans les deux premiers secteurs à être concernés par ce dispositif (Échirolles et le secteur 4 de Grenoble). Soit une moyenne de 18 kg par habitant et par an. Un chiffre plutôt encourageant pour la suite du déploiement, d’autant que les déchets collectés se sont révélés être de très bonne qualité.

Afin de les trier, deux solutions sont proposées par la Métropole : le compostage domestique (en habitat individuel) et la collecte en porte à porte (en immeuble). Dans les deux cas, le matériel (bio-seaux, sacs compostables pour la collecte, composteur ou poubelle marron) est fourni gratuitement. Des distributions sont organisées au préalable dans les quartiers concernés et il est également possible de suivre une formation au compostage.

La collecte démarre la semaine du 14 octobre pour le secteur 1* de Grenoble et celle du 18 novembre pour Seyssins, Eybens, Poisat et Gières.


* Grenoble secteur 1 : quartiers Berriat, Saint-Bruno, Europole, Centre gare, Bastille, Eaux-Claires Nord et Jean Macé.

En savoir plus

// Retrouvez cet article sur le site de Grenoble-Alpes Métropole