Le prochain Comité syndical se tiendra
mercredi 25 septembre à partir de 10h
A suivre en public et en direct sur :

ORDRE DU JOUR & RAPPORT

Ordre du jour de la séance
Rapport des projets de délibérations

Réseau Tramway

Aménagement de l’A480 I

Convention de partenariat relative au
développement du covoiturage,

à l’amélioration de la régularité des

Transports en commun et à la prise en compte

des usagers des transports collectifs et des cyclistes en phase travaux

 

Le projet d’aménagement de l’A480 et du Rondeau a fait l’objet d’un arrêté préfectoral de déclaration d’utilité publique signé le 23 juillet 2018 et d’un arrêté préfectoral d’autorisation environnementale signé le 14 janvier 2019.

Préalablement, un protocole d’intention avait été signé le 16 novembre 2016 par l’Etat, AREA, le conseil  départemental de l’Isère et la Métropole. li fait état d’une volonté partagée de « préparer l’avenir » et souligne que les parties prenantes partagent tout particulièrement la volonté d’étudier des initiatives favorables au développement du covoiturage ».

Suite à cela, la société AREA a proposé l’expérimentation d’une voie réservée aux véhicules à occupation multiple, dite « VR2+ » sur la séquence comprise entre la barrière de péage de Voreppe et la bifurcation entre l’A480 et l’A48. Les études sont en cours. Les services de la Métropole et du SMTC participent au groupe de travail technique.

Ce protocole précise également que « la création d’une voie spécialisée partagée (VSP) au sud de l’échangeur du Rondeau sera étudiée de manière à renforcer l’accessibilité de l’agglomération grenobloise en transports collectifs. Les études des aménagements de l’autoroute A480 et du Rondeau intègreront un scénario garantissant la faisabilité de cette VSP ». En ce sens, le Ministère a mandaté AREA le 21 mai 2019 pour mener les études
sur la possibilité d’implantation d’une voie réservée aux transports en commun (VRTC). Sollicitée par la Métropole, le SMTC et les communes pour l’extension du périmètre de l’étude de faisabilité d’une VRTC jusqu’à l’échangeur Louise Michel, la Ministre de la Transition écologique et solidaire y a répondu favorablement par courrier du 2 septembre 2019 (joint à la présente délibération). AREA vient de débuter les études sur ce sujet. La Métropole et le SMTC participeront au suivi des études.

De son côté, le SMTC développe le Pass’Mobilité, qui constitue un facilitateur pour le covoiturage. Le SMTC souhaite qu’AREA puisse intégrer ses dispositifs en faveur du covoiturage dans l’application Pass Mobilité qui sera développée et en retour fera bénéficier les covoitureurs d’avantages et de services. Parallèlement, afin d’accompagner les travaux réalisés par AREA sur l’A480, le SMTC déploie dès 2019 des actions en faveur du covoiturage sur le territoire de la Métropole, en lien avec les territoires voisins. Ces actions sont particulièrement orientées vers les entreprises et zones d’activité dont la desserte est fortement dépendante de l’axe. Elles portent d’une part sur la constitution de communautés de covoitureurs, avec des interventions dans les entreprises réalisées par l’agence de mobilité du SMTC (actions « speed dating covoiturage ») et d’autre par le recrutement d’un opérateur de covoiturage pour accompagner la phase test du Pass’Mobilité sur des zones d’activités ciblées. Dans ce contexte, AREA intègrera le comité des partenaires du Pass’Mobilités.

La réalisation des travaux va nécessiter de fermer les bretelles de l’autoroute à tour de rôle. La Métropole et le SMTC agissent, en lien avec AREA, pour que les perturbations sur les déplacements soient le plus faibles possibles : itinéraires de déviation, information du voyageur, …

En particulier, les travaux vont conduire à la fermeture d’un certain nombre d’axes cyclables structurants à l’échelle de l’agglomération, comme celui situé en rive droite de l’Isère sous le viaduc autoroutier pendant 8 mois. La Métropole et le SMTC ont demandé d’étudier le maintien d’un itinéraire alternatif, le plus direct possible à proximité immédiate de l’itinéraire fermé. Face à l’impossibilité technique annoncée par AREA de réaliser un telaménagement, et outre les itinéraires de substitution mis en place, la Métropole et le SMTC souhaitent qu’AREA s’engage à tout mettre en oeuvre pour limiter au maximum la gêne occasionnée.

Une formalisation du dialogue avec les associations représentant les cyclistes devra être assurée, afin d’anticiper les fermetures, d’informer sur les itinéraires de substitution et d’assurer que toutes les actions nécessaires à l’accompagnement des cyclistes dans cette phase de chantier soit à la hauteur de ce qui est proposé aux automobilistes.

Enfin, AREA doit réaliser un nouveau pont cadre au niveau du pont de Catane. Cette opération fait l’objet d’une convention spécifique de maîtrise d’ouvrage associant le SMTC, la Métropole et AREA. Ces travaux vont induire une interruption du fonctionnement de la ligne C du tram pour les voyageurs pendant 63 jours (9 semaines), soit du 22 juin au 24 août 2020. Pendant cette période, le SMTC assure, avec l’aide de son délégataire, la mise en place d’une offre de substitution qui engendre des coûts dont le montant estimé à 313 000 euros a été transmis à la commission d’enquête en janvier 2017. Ce coût recouvre la mise en place de navettes bus, la pose et la dépose de quais provisoires, les pertes de recettes commerciales estimées, ainsi que la communication sur le service de substitution. Le projet de convention prévoit également les mesures en cas de dépassement ou de réduction de la durée de coupure d’exploitation prévue pour la ligne de tram.

li est proposé de signer une convention tripartite entre AREA, Grenoble-Alpes Métropole et le SMTC sur ces sujets afin que chacun s’engage sur les actions à mettre en oeuvre.

Yann Mongaburu

Yann Mongaburu

Président
Projet de délibération