Aller au bureau dans une télécabine s’élevant au-dessus des airs, de la Poya à Saint-Martin-le-Vinoux, par-dessus les nuages et les montagnes. C’est la promesse du Métrocâble. 

Pas seulement un “gadget” touristique, mais un service public réel qui transporterait 5.000 personnes chaque jour. Le projet a de quoi séduire.

Inscrit dans le PDU 2018-2030, le Plan de Déplacements Urbains de l’agglo, le Métrocâble est budgétisé, près de 56 millions d’euros, et prévu pour 2023. 

Le PDU a fait l’objet d’une enquête publique. A présent, le SMTC, le Syndicat Mixte des Transports – qui gère les transports dans l’agglomération de Grenoble – doit se réunir pour délibérer et adopter le texte. 

Son président, Yann Mongaburu, ne doute pas de l’issue du comité syndical prévu pour le 18 avril. Le Métrocâble se fera, et rapidement. 

“Il est un maillon essentiel de notre programme”, explique-t-il.

En 2023 la carte des transports grenoblois changera de visage, avec notamment la mise en service de huit lignes de tram au total. 

// Lire la suite de l’article sur le site de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes