C’est la préoccupation majeure des habitants du Grésivaudan : la circulation… Et sur un secteur où la moitié des 43 000 actifs travaillent à l’extérieur du Grésivaudan et où plus de 80% des déplacements de moins de 5km se font en voiture, c’est même un enjeu de taille.

« Nous avons un devoir de répondre au plus vite à cette attente », a dit lundi soir le président du Grésivaudan Francis Gimbert avant de faire voter en conseil communautaire (et au bout de ¾ d’heure de débat !) la charte pour la création d’une autorité organisatrice de la mobilité unique (AOM) à l’échelle de la grande région grenobloise.

Unique parce qu’elle doit réunir la Métropole, le SMTC (Syndicat des transports du bassin grenoblois), le Pays Voironnais, le Grésivaudan et le Département de l’Isère, voire même des collectivités qui n’ont pas la compétence transports (comme le Trièves), en un grand syndicat.

// Lire la suite de l’article sur le site du Dauphiné Libéré