Ce mardi, au sein du pôle d’innovation Green-ER à Grenoble, la Fondation INP a inauguré sa neuvième Chaire d’excellence industrielle dédiée cette foi-ci à la lutte contre la précarité énergétique. Baptisée “Hope”, elle sera financée par 12 partenaires, dont la Métropole.

De gauche à droite, Patricia Benchenna (Schneider Electric), Bertrand Lapostolet, direteur de SNL-Prologues, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Philippe Blanquefort (Banque des territoires) et Danielle Nocher (Valeurs Vertes).

Aujourd’hui, 1 français sur 5 est en situation de précarité énergétique1, c’est-à-dire que ses dépenses d’énergie dépassent 10% de ses revenus2. Dans la Métropole, malgré la rénovation actée de 5000 logements dans le cadre de l’opération MurMur et la volonté de la collectivité de rénover 10 000 logements privés supplémentaires et 1000 logements sociaux par an, 7% des métropolitains sont encore concernés par cette précarité, avec 2/3 des résidences principales construites avant la première réglementation thermique de 1974. La Chaire Hope3 est ainsi née de la volonté commune de Grenoble INP et de nombreux acteurs sociaux économiques4 de mettre en commun des moyens, des expériences et des besoins, pour lutter contre cette précarité.

Des questions et des solutions concrètes

Comment massifier les effets de la transition énergétique ? Comment mesurer la précarité énergétique et ses impacts sur la santé notamment ? Quelles innovations pour favoriser l’émergence de services adaptés aux personnes concernées ? N’existe-t-il que des solutions individuelles ou peut-on bâtir un nouveau modèle ? Vers quoi faire évoluer les métiers de l’énergie ?

C’est à ces questions que tenteront de répondre, de manière très concrète, les travaux de cette nouvelle Chaire. En transformant les expériences de terrains en solutions pérennes et commercialisables, en travaillant sur les modèles économiques, les organisations, les méthodes et outils permettant de lutter contre la précarité, en stimulant l’innovation et la création de solutions, et enfin en partageant et en communicant largement sur les résultats obtenus.

“Un défi sociétal à relever”

À la tribune, Régis Largillier, titulaire de la nouvelle Chaire Hope de la Fondation Grenoble INP

 « Cette Chaire fédère un nombre important de partenaires d’horizons divers, sur un sujet qui dépasse très largement les problématiques d’ingénierie que nous traitons habituellement. Elle présente un vrai défi sociétal à relever », insiste Emmanuel Arnould, directeur de la Fondation Grenoble INP.

Pour cela, « il faut que nous mettions l’innovation et le monde économique au service de la lutte contre la précarité énergétique et que nous développions une mutualisation très large entre les différents acteurs techniques, sociologiques, universitaires et organisationnels », réagit Régis Largillier, titulaire de la Chaire.

“Ne pas laisser une partie de la population au bord du chemin”

« C’est un engagement fort de la Métropole et c’est essentiel car c’est dans notre ADN territorial que d’hybrider les savoirs, note de son côté Christophe Ferrari, président de la Métropole. Nous avons été pionniers sur la rénovation des copropriétés avec MurMur, mais nous ne pouvons pas être la Métropole de la transition énergétique si nous avons une grande partie de notre population qui reste au bord du chemin. Nous devons donc tirer toute la substantifique moelle de cette Chaire pour aller vers la massification de la transition énergétique ».


1 Est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat.

2 Chiffre de l’Observatoire national de la précarité énergétique.

3 Une Chaire est un projet porté et financé par des mécènes ou/et des financeurs publics pour permettre à un ensemble d’acteurs de travailler sur une thématique – en l’occurrence, la précarité énergétique – en vue de l’éclairer.

4 Dotée de plus de 500 000 euros de financement à son démarrage, cette nouvelle Chaire “Hope” fédère 12 partenaires : des grands groupes (Fondation Rexel, Fondation Schneider Electric, EDF, GEGE) ; des organisations (InnoEnergy, Udimec, Tenerrdis, CEA Liten); des organisations bancaires (La banque des territoires, Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes) et 2 collectivités (Grenoble-Alpes Métropole et Roannais Agglomération).