C’est le dernier-né de la famille Citiz. Déjà déployé à Bordeaux, Lyon, Strasbourg et Toulouse, ce nouveau service d’autopartage est désormais disponible dans la métropole grenobloise. Il a été inauguré en début de semaine par l’ensemble de ses partenaires, Citiz Alpes-Loire, la Métropole, la Ville de Grenoble, le SMTC et la Ville de La Tronche.

Vingt voitures – des Smart quatre places reconnaissables à leur livrée rouge et noire – sont ainsi proposées en libre-service 24h/24 dans un périmètre défini (Grenoble centre et La Tronche), sans réservation et sans station de dépose obligatoire. C’est le principe du “free-floating”.

Pour les utiliser, il s’agit de géolocaliser le véhicule le plus proche via l’application mobile Citiz ou de le repérer directement dans la rue. Le déverrouillage et l’utilisation de la voiture s’effectuent via cette même application ou un badge dédié.

L’utilisateur peut alors partir aussi longtemps qu’il le souhaite et aussi loin qu’il le désire. Seul impératif : restituer le véhicule dans la zone autorisée, sur n’importe quelle place de stationnement (celui-ci est gratuit) de Grenoble centre et de La Tronche. Le tarif est calculé selon la durée et la distance du trajet, soit 0,10 €/minute + 0,35 €/km (pour les cent premiers km parcourus) puis 0,17 €/km au-delà.

Un usage complémentaire à l’autopartage classique

Lors de l’inauguration de Yea !, l’une des 20 Smart du service a été customisée par le street-artiste SNEK, l’un des participants du Grenoble Street Art Fest qui se tient en ce moment jusqu’à fin juin.Alors que l’autopartage traditionnel proposé par Citiz permet de planifier son trajet, la formule déclinée par Yea ! offre davantage de souplesse et de flexibilité. «Les deux services sont très complémentaires », explique ainsi Jean-Baptiste Schmider, directeur général du réseau. « Nous constatons des usages différents, avec une clientèle plus jeune, plus urbaine et plus connectée pour Yea! et des usagers qui optent pour des trajets plus longs, en boucle, à la journée, pour Citiz ». Martin Lesage, directeur général de Citiz Alpes Loire rajoute : « Un inscrit pourra bénéficier des deux services et choisir selon son envie. La cible professionnelle est également concernée et pourra trouver un véritable atout avec la gratuité du stationnement dans toute la métropole ! ».

Qu’en est-il du côté des villes où l’offre existe déjà ? À Strasbourg, le service célèbre ses trois années d’existence et le succès est tel que le périmètre de dépose vient d’être étendu. À Toulouse, Citiz a augmenté son chiffre d’affaire de 24 % depuis le lancement de Yea! et dix nouvelles voitures viendront compléter la flotte d’ici 2019. Des chiffres qui témoignent de l’intérêt grandissant des habitants pour cette pratique qui permet de s’affranchir de la voiture individuelle. Selon une enquête nationale réalisée en 2016 par l’Ademe, une voiture en autopartage remplacerait jusqu’à dix véhicules individuels.