FOCUS – En sa qualité d’animateur du débat public, le conseil de développement de Grenoble-Alpes Métropole a voulu s’emparer de la question des élections des conseillers métropolitains au suffrage universel direct. Après un premier débat organisé le 21 novembre dernier, qui posait les enjeux et les implications que revêt ce mode de scrutin, le C2D organise ce jeudi 31 mai, une deuxième « controverse », intitulée « Les métropoles et le suffrage universel direct : Oui, mais comment ? »

Première “controverse” organisée par le conseil de développement de Grenoble Alpes Métropole sur le suffrage universel direct dans les Métropoles DR

Le conseil de développement (C2D) de Grenoble-Alpes Métropole est à l’initiative d’une série de plusieurs controverses autour du thème « Les métropoles et le suffrage universel direct ».

L’État a en effet promis des élections métropolitaines au suffrage universel direct pour 2020. Mais c’est loin d’être fait… Par ailleurs, les citoyens n’ont jamais été consultés sur les enjeux et “le comment” de ce scrutin. D’où la démarche du C2D qui se sent concerné au premier chef, ayant vocation à faire remonter les questionnements de la société civile au sein de la métropole.

 

Controverse en présence d’experts et de personnes qualifiées

Comme lors du premier débat, ce second rendez-vous, jeudi 31 mai, sera nourri d’éclairages apportés par des experts et des personnalités au fait du sujet. Ouverte au public sur inscription, la controverse se déroule à 18 heures à l’Institut d’études politiques, sur le campus de Saint-Martin-d’Hères.

Alain Faure, directeur de recherche CNRS au laboratoire Pacte, lors de la première controverse sur le suffrage universel direct, organisée par le conseil de développement de Grenoble Alpes Métropole DR

 

 

Prendront part au débat Alain Faure, directeur de recherche au CNRS, Nicolas Kada, professeur de droit public, Marylise Lebranchu, ancienne ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Claudy Lebreton, ancien président des départements de France et Olivier Landel, délégué général de France urbaine.

Un large temps sera ensuite consacré aux questions-réponses entre les intervenants et la salle.

 

 

 

Une promesse tombée aux oubliettes ?

Depuis 2014, les conseillers métropolitains sont majoritairement* élus par « fléchage » à l’occasion des élections municipales… Un système de fléchage, assimilable à une élection au suffrage universel direct, qui satisfait la plupart des maires en France.

 

// Lire la suite de l’article sur le site de Place Gre’Net

// Pour en savoir plus sur le débat