Sélectionner une page

FOCUS – Grenoble-Alpes Métropole a présenté ce lundi 8 janvier la préfiguration des aménagement des secteurs Rey-Agutte Sembat-Lyautey et République-Grenette-Montorge prévus par le projet Cœur de ville, cœur de métropole (CVCM). Création d’une zone à trafic limité, développement d’un axe Chronovélo, extension du plateau piéton, transformation de la place Grenette, soutien aux commerçants… Autant de jalons pour une nouvelle étape de CVCM censée « faire vivre et faire battre plus fort encore le cœur de la Métropole ».

Élus de la Métropole et de la Ville de Grenoble, représentants des unions commerciales, techniciens… Il y avait du monde ce lundi 8 janvier au croisement de la rue Lesdiguières et du boulevard Agutte Sembat.

 

Un lieu choisi par Grenoble-Alpes Métropole, le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) et la Ville de Grenoble pour une visite des secteurs Rey-Agutte Sembat-Lyautey et République-Grenette-Montorge relative au projet Cœur de ville, cœur de Métropole (CVCM).

L’objectif de ce rassemblement ? La présentation par l’équipe technique de la Métropole des marquages provisoires sur le boulevard Agutte Sembat, des futurs aménagements dont celui de la place Grenette, et du fonctionnement de la toute nouvelle zone de trafic limité (ZTL). Mais aussi des tests d’usages qui vont se dérouler jusqu’aux prochains travaux de réseaux.

Approuvés lors du Conseil métropolitain du 10 novembre 2017, les programmes de circulation et d’aménagement de ces secteurs démarrent effectivement en ce début d’année. L’objectif de la Métropole ? Améliorer le cadre de vie urbain, développer l’attractivité commerciale et la fréquentation du centre-ville.

Matérialiser « les grands principes de cohabitation entre usagers »

« L’année 2018, c’est une nouvelle étape du projet Cœur de ville, cœur de métropole avec une nouvelle phase de réaménagement des espaces publics dans un objectif de reconquête, d’apaisement, de partage et de bienveillance vis-à-vis de l’ensemble de ses usagers », déclare Yann Mongaburu, le président du SMTC.

// Lire la suite de l’article sur le site de Place Gre’Net

Share This