Sélectionner une page

Avec le projet d’aménagement du secteur du Laca, la commune de Champagnier, accompagnée par Grenoble-Alpes Métropole, est résolument engagée dans une démarche de territoire durable et équilibré. Samedi 6 janvier 2018, la signature de cette charte par les différents acteurs du projet, constitue la première étape de la démarche Ecoquartier, qui vise à l’obtention du label national pour cette opération d’une cinquantaine de logements.

Signature de la charte en présence de Bertrand Vernier, directeur du développement foncier chez European Homes, Françoise Cloteau, maire de Champagnier et Yannick Ollivier, vice-président de la Métropole en charge de l’aménagement du territoire.

Localisé sur le plateau de Champagnier, en entrée nord du village, le projet d’aménagement du secteur du Laca représente un enjeu majeur pour la petite commune de Champagnier (1280 habitants). Sur deux hectares situés à l’est de la place du Laca, partie historique de la commune, le projet vise à l’aménagement d’un nouveau quartier d’habitation qui comportera une cinquantaine de logements de natures très diverses. Le projet prévoit ainsi des maisons (individuelles et jumelées) et un bâtiment collectif de logements en accession libre, des maisons jumelées en accession sociale, un petit bâtiment collectif de logements en accession sociale comprenant du commerce en RdC, un petit bâtiment collectif de logements en locatif social, des jardins potagers partagés et un parc ainsi que des stationnements.

L’opération, porté par le promoteur European Homes, ambitionne de redonner une nouvelle centralité à la commune, en confortant ce pôle historique du Laca, qui comporte notamment la place centrale du village, lieu de vie et pôle d’animation important, qui sera étendu et conforté par le projet.

L’un des enjeux du programme consiste à développer un habitat diversifié, accessible, facilitant les parcours résidentiels, notamment en direction des jeunes ménages et des plus âgés non dépendants souhaitant rester vivre à Champagnier.

 » Proposer du logement social au sein de ce projet »

« Cette opération stratégique constitue une véritable opportunité pour l’avenir de notre commune, explique la maire Françoise Cloteau. C’est le premier projet de logement depuis la levée du PPRT* de Pont-de-Claix, et nous souhaitions qu’il s’inscrive dans une démarche Ecoquartier. Nous sommes très attachés à ce que l’empreinte écologique des aménagements soit la plus réduite possible, notamment au regard des risques d’atteinte à notre biodiversité. La Ligue de Protection des Oiseaux accompagne d’ailleurs ce projet. Alors que notre commune n’est pas soumise à la loi SRU**, nous avons tenu à proposer du logement social au sein de ce projet, comme d’ailleurs dans d’autres projets. Le logement accessible doit être réparti sur la commune et pas localisé sur quelques ilots.»

La commune a ainsi sollicité la Métropole pour qu’elle puisse s’engager dans cette démarche au titre de ses compétences propres (habitat, eau potable, assainissement, eau pluviales, gestion des déchets, compostage, énergie, mobilités…).

Le premier Ecoquartier de l’agglomération a été celui de la caserne de Bonne, véritable innovation sur le sol français, qui a donné au territoire plusieurs années d’avance en matière de conception, tant pour les collectivités que pour les acteurs économiques (bureaux d’études, artisans, BTP…). La Métropole entend poursuivre cette démarche en multipliant les projets similaires.

 » Les petites communes peuvent porter des opérations exemplaires d’aménagement »

« L’idée est de retrouver les clefs d’un urbanisme de village, économe en espace, respectueux des paysages, de l’environnement et du caractère rural des communes, expose Yannick Ollivier, vice-président de la Métropole en charge de l’aménagement du territoire. Nous avons donc accompagné Champagnier en ce sens, la démarche s’inscrivant pleinement dans le projet de la Métropole. Cette opération prouve que les petites communes de notre agglomération peuvent, avec notre concours, porter des opérations exemplaires d’aménagement, qui conjuguent plusieurs de nos préoccupations : un développement durable du territoire, adapté aux changements climatiques, économe en espace, répondant aux besoins en logement et, j’insiste là-dessus, respectueux des paysages. D’autres projets sont d’ailleurs en gestation dans d’autres communes du territoires.»


*PPRT : Plans de prévention des risques technologiques

** SRU : La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) impose aux communes de plus de 3 500 habitants (comprises dans une agglomération de plus de 50 000 habitants) de disposer d’au moins 20 % de logements sociaux

// Lire l’article sur le site de La Métro

Share This