Ça y est, Grenoble-Alpes Métropole va enfin s’occuper de culture, comme cela a été acté dans une délibération cadre en novembre 2016. Sauf que votre élection comme vice-présidente déléguée à la culture et à l’éducation a eu lieu un an après…

Francie Mégevand : C’est vrai que dans nos perspectives collectives, on pensait avancer un peu plus vite sur la mise en œuvre des ces intentions, avec notamment des responsabilités plus identifiées. Mais les élections présidentielle et législatives ont fait voler en éclats un certain nombre de choses dans notre majorité composite, ce qui a bien occupé les élus. Et du coup, on a pris du retard. C’est pour ça que mon élection est arrivée tardivement.

Vous êtes désormais chargée de mettre en place une politique culturelle métropolitaine sur un territoire culturellement très riche comparé à d’autres métropoles françaises…

Tout à fait. Et on ne compte pas arriver comme nouveau chef en disant : c’est bon, on a la compétence, on va tout mettre en ordre… Au contraire, il faut qu’on arrive à travailler avec les différentes communes, les différents acteurs culturels, leurs partenaires habituels que sont l’État, le Département, la Région…

// Lire la suite de l’article sur le site du Petit Bulletin