Le gouvernement français, en application de décisions européennes, va mettre en concurrence et concéder au privé la gestion des barrages hydroélectriques. « Un travail de sape », selon les auteurs de cette tribune, qui va priver « les pouvoirs publics d’un outil indispensable à la transition énergétique ».

Le 25 octobre dernier, le cabinet du Premier ministre, Édouard Philippe, a fait savoir à l’interfédérale (CGT, FO, CFDT et CFECGC) des salariés de la branche hydroélectricité que le gouvernement ne reviendrait pas sur le principe de la mise en concurrence des concessions de barrages orchestrée depuis des années par la Commission européenne. Une décision de plus qui va contre l’intérêt général. Les auteurs de cette tribune, élus et membres de la France insoumise demandent au gouvernement de revenir sur cette décision.


Une fois de plus, la politique conduite par Emmanuel Macron va à l’encontre de l’intérêt général, du climat et du social.

Après le désastre de la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric, le cabinet du Premier ministre vient de faire savoir aux syndicats des salariés de l’hydroélectricité que le gouvernement ne reviendrait pas sur le principe de mise en concurrence et des concessions de barrages. Emmanuel Macron poursuit donc le travail de sape des gouvernements précédents en obéissant aux injonctions libérales de la Commission européenne. Cette décision priverait les pouvoirs publics d’un outil indispensable à la transition énergétique, construit depuis des décennies par des politiques publiques mais aussi par des ouvriers, techniciens, ingénieurs attachés à leurs métiers et aujourd’hui légitimement inquiets. Nous partageons leurs inquiétudes.

Nous avons besoin de ces barrages   !

Pour nous, élus citoyens, du Parti de gauche ou de la France insoumise, l’eau et l’énergie sont des biens communs dont la propriété et la gestion doivent rester publiques. La logique capitaliste à l’œuvre dans le privé ne permet pas une gestion désintéressée et durable   : le temps de la transition écologique n’est pas celui des actionnaires. La pérennité des investissements en faveur de l’hydroélectricité serait menacée, alors que plus de 25 % de nos barrages ont plus de 70 ans. Or nous avons besoin de ces barrages   ! L’hydroélectricité est le régulateur du système électrique du pays, permettant une régulation rapide de la quantité d’électricité produite et injectée dans le réseau, ce qui est plus compliqué avec les autres modes de production d’énergie. Sous pavillon privé, la rentabilité l’emportera sur la bonne gestion, au détriment des enjeux environnementaux.

Actuellement, l’hydraulique est la première source d’énergie renouvelable. C’est aussi une des seules qui peut stocker en masse de l’électricité. Selon l’Accord de Paris, les énergies renouvelables doivent être la première source d’énergie en France d’ici à 2040. Cela ne pourra se faire que si une politique publique résolument écologique est réalisée dès maintenant.

C’est le temps des actes.

// Lire la suite de la tribune sur le site de Reporterre