Sélectionner une page

Le projet Solaire d’ici, initié par la société Energ’Y Citoyenne, vise à installer 100 toitures solaires d’ici trois ans dans toute l’agglomération.

Cent toitures solaires représentent une puissance totale de 1 MWc pour une production d’électricité d’ environ 1000 MWh/an, l’équivalent de la consommation de 400 foyers.

Ce sont 12 panneaux solaires qui ont été installés. De quoi alimenter 40 foyers en électricité. Mercredi soir, une quarantaine de personnes se sont rassemblées devant l’école maternelle du bourg d’Eybens pour fêter les premiers kWh du projet Solaire d’Ici. Porté par la société Energ’Y Citoyenne, il vise à installer 100 toitures photovoltaïques sur l’ensemble du territoire métropolitain d’ici trois ans.

Premier particularité : ces toitures ne seront pas installées uniquement sur des immeubles d’habitation, comme cela se fait souvent, mais aussi sur des bâtiments publics. Ainsi, des panneaux solaires ont été posés sur le toit de l’église Saint-Ferjus à La Tronche, de la salle polyvalente André Martin à Echirolles et de plusieurs écoles à Saint-Égrève, Grenoble et Eybens.

Le fonctionnement de Solaire d’Ici est assez simple : Energ’Y Citoyenne loue un emplacement sur un toit pendant 20 ans et vend l’énergie produite à GEG (sur le territoire métropolitain) ou EDF (en dehors) à un tarif d’achat fixé par avance. Au bout de 20 ans, le propriétaire du toit a le choix : récupérer l’installation ou continuer de percevoir un loyer.

Une aventure collective

Le projet mobilise ainsi des collectivités locales, comme Grenoble-Alpes Métropole engagée dans un Plan Air Énergie Climat, des entreprises mais aussi des particuliers qui doivent investir 100 euros au minimum pour entrer dans le capital d’Energ’Y Citoyenne.

« Ce système créé une dynamique autour des énergies renouvelables, souligne Julien Robillard, président de la société. Il participe aussi à l’activité locale puisque nous faisons appel à des entreprises de la région. Enfin, c’est une aventure collective : les gens se rencontrent, des amitiés se nouent. Quelque chose se crée ».

Les particuliers ont la possibilité de personnaliser leur démarche citoyenne en adoptant un panneau solaire. Et même en lui donnant un nom ! Élise Le Goff a franchi le pas. La jeune Grenobloise a pris un panneau sous son aile et l’a baptisé… Élise. « Je suis ingénieure de formation dans l’énergie. Donc pour moi, adopter un panneau solaire, cela fait sens, explique-t-elle. Et puis, je trouve intéressant de participer à un nouveau modèle économique qui permet aux particuliers de s’approprier l’énergie ».

C’est un peu la même réflexion qui a poussé Sigrid Thomas, habitante à Saint-Martin d’Hères, à investir dans Energ’Y Citoyenne. « Je travaille au CEA et j’entends beaucoup parler des énergies renouvelables qui sont, selon moi, les énergies d’avenir, celles qu’il faut privilégier, assure-t-elle. Cela prend tout son sens aujourd’hui, en particulier sur notre territoire. Et je préfère voir des panneaux solaires sur des toits inertes que des terres arables non-utilisées ».

En savoir plus sur le site de Solaire d’Ici.

// Lire l’article sur le site de la Métro

Share This