Sélectionner une page

La consommation d’énergies fossiles et fissiles ne pourra diminuer sans une décentralisation faisant la part belle à des centrales de production plus modestes. Au-delà de leur travail de planification, les intercommunalités ont un rôle à jouer afin de donner aux porteurs de projets les coups de pouce dont ils ont besoin. A l’image de Grenoble-Alpes métropole sur le photovoltaïque, certaines collectivités ne cherchent pas à réinventer la roue, mais s’associent à des projets existants.

Fini le temps des plans climat assez précis pour fixer des orientations, mais suffisamment vagues pour ne pas brusquer les acteurs du territoire. Comme d’autres collectivités, Grenoble-Alpes métropole s’apprête à finaliser son schéma directeur des énergies, document qui établira des objectifs chiffrés en matière de réduction des consommations et de développement des renouvelables. Et, contrairement aux zones rurales qui peuvent s’appuyer sur un grand parc éolien ou quelques unités de méthanisation, il faudra, ici, multiplier les projets modestes, publics ou privés.

Cent toitures en trois ans ?

L’interco semble prête à ne pas tout maîtriser et préfère accompagner les dynamiques locales. Plutôt que de lancer ses propres projets photovoltaïques, elle a pris des participations dans deux sociétés. La première, Energ’y citoyennes, a pour objet d’installer des panneaux solaires sur des bâtiments publics. Pensé par Enercoop, « le projet citoyen initial consistait à s’appuyer sur des toitures privées, mais les trouver n’est pas si simple et toutes ne sont pas adaptées », explique Hélène Poimbœuf, directrice de la transition énergétique de la métropole, citant pêle-mêle les problèmes d’exposition, de raccordement, de contrainte architecturale… Outre son soutien financier (40 000 euros au capital de la société et une garantie sur les emprunts), la puissance publique apporte de la crédibilité au dispositif pour convaincre les communes de mettre leurs toitures à disposition. Elle met aussi de l’huile dans les rouages quand il s’agit de négocier les raccordements avec les deux distributeurs d’électricité locaux que sont GEG et Enedis, et choisir avec eux les meilleurs emplacements.

// Lire la suite de l’article sur le site de la Gazette des communes

Share This