Sélectionner une page

Mis en place en 2014, le dispositif Cité Lib by Ha:mo, a prouvé qu’il y a « de la place pour la mobilité électrique dans une métropole ».

Les 70 mini-véhicules mis au point par Toyota ont une autonomie de 50 km.

Depuis octobre 2014, la Métropole propose 70 petits véhicules électriques en autopartage. Baptisé Cité Lib by Ha:mo, le dispositif s’achève le 30 novembre. Impliquant la Métropole, la ville de Grenoble, Sodretel (une filiale d’EDF), la société d’autopartage Citiz et le constructeur automobile japonais Toyota, l’opération a séduit 1500 abonnés. Elle s’achève le 30 novembre.

Tout le monde a vues au moins une fois ces drôles de petites voitures colorées. A trois ou quatre roues, les I Road et Coms se faufilaient habilement, et sans bruit, dans les rues de l’agglomération. Elles étaient d’ailleurs utilisées surtout la semaine, pendant les heures de pointe. Elles servaient essentiellement au trajet du quotidien pour se rendre au cinéma, aller au travail, sur le campus ou pour faire ses courses.

Ces trois années d’expérimentation ont donc permis de tester le potentiel de ces petits véhicules électriques pour les déplacements urbains. Elles ont également permis d’appréhender la complémentarité de leur usage avec les autres véhicules – 60 % des abonnés possédaient leur propre voiture – et les transports en commun – 43% des abonnés Cité Lib by Ha:mo étaient aussi abonnés à la TAG.

Les bornes de recharge redéployées

Elles ont enfin permis de relever les améliorations à apporter au dispositif : les usagers, âgés en moyenne de 35 ans, auraient souhaité par exemple un coffre et du chauffage dans leur voiturette. Selon Martin Lesage, directeur de Citiz, le dispositif a donc connu « un vrai succès » :
« C’est un système écologique, pratique, économique et encore plus simple que l’autopartage classique », souligne-t-il.

Pour Christian Missirian, directeur commerce EDF Auvergne-Rhône-Alpes, l’opération prouve qu’il y a « de la place pour la mobilité électrique dans une métropole ». Ainsi, les 120 bornes de recharge installées par l’entreprise demeureront dans l’agglomération. Une partie d’entre elles seront redéployées dans les parking-relais, a précisé Yann Mongaburu, vice-président de la Métropole en charge des déplacements.

Malgré ce « succès », le dispositif Cité Lib by Ha:mo s’achève le 30 novembre. Pourquoi ? « Ce projet a été conçu comme un projet de recherche, et comme tout projet de recherche, il doit être évalué, explique Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. La métropole grenobloise a toujours été une métropole de pionniers. Le droit à l’expérimentation est ici un devoir. Car sans expérimentation, il n’y a pas d’avancée ».

// Lire l’article sur le site de La Métro

Share This