Les maires de Grenoble, Echirolles et Saint-Martin-d’Hères réclament “de nouvelles stratégies face à la grande délinquance et des moyens humains” face aux “phénomènes de violence majeurs” que vivent ces communes de l’agglomération grenobloise.

Quelques jours après qu’un homme cagoulé a tiré en rafale avec un fusil d’assaut sur un magasin de Grenoble, les maires de la capitale des Alpes, d’Echirolles et de Saint-Martin-d’Hères demandent de l’aide. Dans une lettre commune, publiée le 3 octobre, ils réclament “de nouvelles stratégies face à la grande délinquance et des moyens humains” face aux “phénomènes de violence majeurs” que vivent ces communes de l’agglomération grenobloise.

Un carrefour des routes de trafics

“Notre agglomération est située au carrefour des routes européennes des trafics de toute nature. Cette réalité provoque des phénomènes de violence majeurs dans les communes de l’agglomération comme Echirolles, Saint-Martin-d’Hères et Grenoble”, écrivent les maires de Grenoble, Eric Piolle (EELV), d’Echirolles Renzo Sulli (PCF) et de Saint-Martin-d’Hères David Queiros (PCF).

// Lire la suite de l’article sur le site de France 3