Sélectionner une page

Une zone de rencontre a été inaugurée devant l’école Alphonse-Daudet à Grenoble. Réalisée par les enfants, elle s’inspire de l’oeuvre de Vassily Kandinsky.

La Métropole apaisée prend des couleurs. Une nouvelle zone de rencontre a été inaugurée mercredi devant l’école Daudet, à Grenoble. Il s’agit d’un endroit où les piétons ont la priorité absolue et sont autorisés à circuler sur la chaussée. La vitesse de circulation des autres usagers y est limitée à 20 km/h pour sécuriser les piétons et cyclistes.

Des panneaux de signalisation, accompagnés d’un ralentisseur, sont installées aux entrées et sorties d’une zone de rencontre. Mais pour bien identifier la zone, le dispositif peut être complété. A la sortie de l’école Daudet, des dessins ont ainsi été peints sur la chaussée à la place du traditionnel passage piéton. L’objectif est double : attirer l’attention des automobilistes pour qu’ils redoublent de vigilance et rendre le cadre de vie (et la sortie de l’école) plus agréable.

Au départ, il s’agissait d’un projet classique de sécurisation des abords d’une école. Puis, la ville de Grenoble et la Métropole ont souhaité profiter de cette opération pour transformer complètement le parvis de l’école : en plantant de nouveaux arbres, en installant un nouveau mobilier urbain (arceaux à vélos et bancs) et enfin, en dessinant un nouveau marquage au sol.

Rendre la ville plus agréable à vivre

Pour réaliser ce dernier, les élèves de moyenne et grande section de l’école Daudet, âgés de 4 et 5 ans, ont été mobilisés pour mettre la main à la pâte. Et ils ont trouvé leur inspiration auprès d’un des plus grands peintres russes du 20e siècle, Vassily Kandinski, qui faisait l’objet d’une grande exposition au même moment au musée de Grenoble.

Centrée sur « les années parisiennes » du maître de l’art abstrait, celle-ci a attirée environ 115 000 personnes, dont 8500 écoliers. Après l’avoir visité, les enfants de l’école Daudet ont “reproduit” les fameuses formes de Kandinsky : d’abord au crayon sur le papier, ensuite à la craie sur le bitume (le marquage définitif ayant été réalisé par une société spécialisée). Résultat, une zone de rencontre animée, très colorée et parfaitement identifiée.

« C’est une très belle illustration de la démarche Métropole apaisée », a déclaré mercredi Ludovic Bustos, vice-président de Grenoble-Alpes Métropole délégué aux espaces publics et à la voirie. Engagée depuis juillet 2016, celle-ci ne vise pas qu’à généraliser la circulation à 30 km/h. Elle a surtout pour objectif de revoir la conception des espaces publics afin de rendre la ville plus agréable à vivre. La démarche rassemble aujourd’hui 43 communes (bientôt 45) sur les 49 que compte la Métropole.

// Lire l’article sur le site de Grenoble-Alpes-Métropole

Share This