Sélectionner une page
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

« Cœur de ville cœur de Métropole » est un projet urbain organisé autour de trois objectifs complémentaires : rendre le centre-ville plus attractif ; étendre le centre-ville en piétonnisant de nouvelles rues ; modérer la place de la voiture et développer la pratique du vélo.

 

 

Ludovic Bustos Vice-président de la Métropole, espaces publics et voirie // © Denis Michel

Pourquoi est-ce la Métropole qui pilote cette opération, et non Grenoble ?

Depuis 2015, la Métropole est en charge de l’aménagement des voiries et de la modification de l’espace public. Elle a donc vocation à piloter, avec les communes, l’ensemble des projets d’aménagement de l’espace public. Nous sommes dans un bassin de vie qu’il faut envisager dans sa globalité et en termes de cohérence et de continuité territoriale.

Pourquoi avoir relancé le projet ?

Cette opération existait sous le précédent mandat, sous une autre forme, mais déjà avec l’idée de piétonniser. La nouvelle majorité a fait le même constat de la congestion historique du centre-ville, notamment sur ce fameux axe central Rey-Sembat-Lyautey. Je vois trois nécessités : améliorer la desserte des transports en commun, sortir les véhicules de transit qui n’apportent rien au centre-ville et porter un nouveau projet d’extension du plateau piéton.

 

La revitalisation passe-t-elle obligatoirement par la piétonnisation ?

C’est la grande tendance, dans les villes françaises, comme européennes. On sort petit à petit de la vision des années 60-70 où l’on était dans le « tout-voiture » : ce n’est pas péjoratif, c’est un constat. Aujourd’hui, nous souhaitons apaiser le centre-ville et revitaliser les espaces publics. Il peut y avoir des inquiétudes, ce que nous entendons. C’est pourquoi nous avons mis en place un observatoire, un comité d’évaluation pour accompagner le projet et, éventuellement, le réajuster.

Le projet est donc évolutif ?

La priorité reste les transports en commun. L’axe central doit être fermé si on veut apaiser les choses. Donc oui, nous sommes dans une phase de test grandeur nature d’évolution, mais ce projet n’a de sens, pour donner un second souffle à cet espace public, que si ce plan de circulation est en place. Tout le monde partage ce constat et cette nécessité d’agir ! Il permet le report modal, des voies à double sens et l’augmentation de la part du vélo.

Que vous a appris la concertation ?

Que les zones de piétonnisation sont pertinentes. Après, nous devons lever des questions, notamment sur l’accès des véhicules de secours, des riverains et des services publics. Il y a toujours des choses à inventer : la personne âgée qui a des difficultés à circuler et qui doit faire ses courses doit peut-être pouvoir faire appel à un vélo-taxi.

À travers des aires de livraison, on pourra aussi apporter des services ponctuels. Ça se fera en étroite collaboration avec les services et les élus de la Ville, ce sont eux qui connaissent les habitants, les usages, qui nous apporteront toute leur expertise.

 

Antoine Back, conseiller municipal délégué au secteur 2

Comment s’est passée la concertation sur le projet ?

Au préalable, il y a eu des rencontres avec le monde économique, des associations d’habitants pour noter toutes les attentes, les craintes… Puis la démarche des cueilleurs de paroles, des animations sur l’espace public, des balades urbaines, des ateliers où l’on a travaillé sur les usages : qu’est-ce que je fais si je suis une personne âgée ? Un jeune couple avec enfants ?

Tout cela nous a apporté beaucoup de matière qualitative. Avant les délibérations, la Métro a mis en place une concertation légale. Et maintenant vont venir les concertations zone par zone avec les habitants et les commerçants : pour traduire en actes ce qui a été délibéré par les trois institutions : Métro, Ville et SMTC.

Qu’est-ce qui reste possible en termes d’aménagements ?

Végétalisation, pose de mobilier, réfections… l’étendue des possibles et des discussions avec les riverains reste assez vaste et, en même temps, très contrainte financièrement. Le maître mot sera la sobriété, mais ce sera le défi à notre intelligence collective que de créer des espaces de qualité.

Est-ce qu’il y a de grands principes ?

On sera vigilants sur la ville à hauteur d’enfant, sur l’accessibilité en général, pour les plus jeunes et les anciens. On veillera à la végétalisation, un travail sera aussi fait sur l’éclairage et sur des mobiliers innovants. On doit pouvoir garantir un cheminement piéton de qualité. Tout est très, très ouvert. Sur Grenette par exemple, on est déjà en discussion avec les commerçants pour optimiser l’espace et laisser plus de place aux piétons. En fait, très souvent, les intérêts des uns et des autres convergent.

 

Le projet dans les grandes lignes

Extension du centre-ville vers Saint-Laurent : piétonnisation partielle ou totale des rues de Lionne, Renauldon, Chenoise, Brocherie, du Palais, Cujas, Lorraine, Abel-Servien.
Piétonnisation du secteur de la place Grenette : rues de la République et Montorge réservées aux riverains, piétons, vélos, taxis et livraisons.
Extension du centre-ville vers Bonne : piétonnisation partielle ou totale du secteur Béranger, du secteur Millet. Amélioration de la liaison entre la rue Lakanal, la place Championnet et la Caserne de Bonne.
Réaménagement de l’axe Rey-Agutte Sembat-Lyautey,  qui vise à réserver cette artère aux piétons, vélos, bus, riverains, taxis et livraisons.

 

Le calendrier des travaux et des circulations

• La Métropole et la compagnie de chauffage vont réaliser, à partir d’avril 2017 et jusqu’en novembre 2017, des travaux d’assainissement et de renouvellement des conduites de chauffage urbain sur les boulevards Edouard-Rey, Agutte-Sembat et maréchal-Lyautey entre Chavant et Félix-Viallet.

L’axe va être fermé à la circulation automobile (les accès parkings souterrains sont maintenus). Dans le même temps, en avril 2017, la rue de la République sera piétonnisée, de la rue Lafayette à la place Grenette.

La Métro mettra en place un plan de circulation adapté, y compris des bus, afin de maintenir les accès depuis et vers le centre-ville.

• Sur la rue Lesdiguières, des travaux de voirie et d’assainissement sont en cours entre février et avril 2017, juste avant la mise en place du nouveau plan de circulation.

Celui-ci modifiera le fonctionnement de cette rue. La circulation des voitures se fera en double sens, entre la place Championnet et la place de Verdun.

Des couloirs bus-vélos sont aménagés à l’approche des carrefours à feux et une voie cyclable aménagée dans le sens contraire sur chaque tronçon.

// Voir l’article sur le site de GreMag

// Voir la page expliquant le projet Cœur de Ville Cœur de Métropole / Grenoble

Share This