Sélectionner une page
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

 

Peu à peu, leur plan sort de terre. Christophe Ferrari, président de la Métro ainsi que Christine Garnier et Françoise Cloteau, vice-présidentes déléguées au logement, à l’habitat et à l’hébergement ont dévoilé les grandes lignes du nouveau Programme local de l’habitat (PLH). Le document fixe les objectifs en matière de logements et d’hébergements jusqu’à 2022.

« C’est un sujet complexe, sensible, tendu. Le PLH pose sur une temporalité importante ce que sera la programmation territoriale, il dit sur quelles parcelles vont se construire les logements ». Pour Christophe Ferrari, la question du logement est une vraie problématique et le nouveau PLH doit y répondre. « Sur le territoire de la Métro, 31 000 ménages sont concernés par la précarité énergétique. 2 000 personnes n’ont pas de logements à eux », a expliqué le président de la Métro.

Le nouveau PLH est donc ambitieux. Notamment sur le plan de la production de logements. Sur le territoire, le besoin se fait en effet sentir. Le solde migratoire est déficitaire. L’objectif du PLH : 2 900 logements produits par an, dont 1 300 logements sociaux. Et ce donc, jusqu’à 2022. Parmi ces 2 900 logements, on compte la production de 2 650 logements et la remise sur le marché de 250 logements vacants par an.

 

// Lire la suite de l’article sur le site de l’Essor

// Voir aussi la page expliquant le Programme Local de l’Habitat

Share This