Sélectionner une page

 

Le Premier ministre Bernard CAZENEUVE et la ministre de l’Environnement Ségolène ROYAL sont présents jeudi 9 février 2017 dans la Métropole grenobloise pour signer avec le Président de la Métropole, Christophe FERRARI, le Pacte Métropolitain d’Innovation, la convention pour une Métropole respirable et un accord partenarial avec l’Ademe.

 

ZOOM SUR LE PACTE MÉTROPOLITAIN D’INNOVATION (PMI)

Le Pacte Métropolitain d’Innovation concerne la mise en place d’un écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique. Il s’articule autour de 3 enjeux majeurs, qui se déclinent en de nombreuses actions, dont certaines sont pour partie déjà mises en œuvre.

1. Renforcer la part des énergies renouvelables et de récupération dans l’approvisionnement énergétique du territoire, avec :

  • La construction d’un réseau de chaleur 100% biomasse sur le secteur Est de la Métropole : grâce à ce réseau de chaleur, une zone d’aménagement comprenant 60 logements, une maison médicale, des commerces et un groupe scolaire sera
    approvisionnée par de la chaleur renouvelable.
  • Le raccordement du réseau de chaleur urbain à la plateforme chimique du sud de la Métropole : ce raccordement permettra un fonctionnement plus économe en énergie. En hiver, la plateforme chimique fournira de la chaleur au réseau de chauffage urbain et permettra ainsi d’éviter la consommation de fioul. En été, le surplus de production de chaleur par l’usine d’incinération sera orienté vers la plateforme chimique.
  • Le développement des sociétés de participation citoyenne pour le développement massif des parcs photovoltaïques en zone urbaine : par la prise de participation dans les sociétés SAS Energy Citoyenne et SAS Parkosol, la Métropole souhaite soutenir la massification de la production d’électricité photovoltaïque.

2. Renforcer la gouvernance de l’énergie, avec :

  • La construction du service public métropolitain de la donnée énergétique, par l’extension de la plateforme Vivacité à l’ensemble du territoire métropolitain. Vivacité est un outil de pilotage des données de consommation énergétique, porté par GEG et Atos Worldgrid en collaboration avec la Métropole et la Ville de Grenoble, pour répondre aux besoins de monitoring des acteurs publics et privés du territoire.

3. Développer des projets « mobilité/déplacement » avec :

  • La transformation du parc de véhicules publics (transports en commun et véhicules
    techniques) en électrique et GNV :

    • le renouvellement du parc de bus diesel au profit de véhicules plus responsables. Cette ambition s’appuie sur une phase d’expérimentation lancée à l’automne 2016, en partenariat avec l’exploitant Semitag, Transdev, le CEA, le pôle de compétitivité LUTB et l’ADEME (location de bus, adaptation dépôt, communication, instrumentation et recherche).
    • le remplacement de la flotte technique de voitures de la Métropole.
  • La généralisation des informations incitant à la mobilité intermodale sur l’ensemble du réseau de transports publics de la Métropole : mise en place d’un Poste de commande métropolitain, dispositif de surveillance du trafic et de gestion des flux multimodaux, en interconnexion avec les différents modes de déplacements.

 

CONVENTION “POUR UNE MÉTROPOLE RESPIRABLE »

La Métropole a souhaité se doter d’un plan d’actions ambitieux, susceptible d’améliorer significativement la qualité de l’air et permettant d’installer durablement la prise en compte de ce sujet dans les politiques métropolitaines.
Ce plan d’actions a constitué le socle de la candidature de la Métropole à l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans » lancé en 2015 par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Un label obtenu fin 2015, pour lequel l’Etat – via la convention signée ce jour – s’engage à hauteur d’1 million d’euros.
Les sept actions majeures auxquelles l’État apporte sa contribution dans le cadre de l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans » :

  • Action 1 : Création d’une Zone à circulation restreinte (ZCR) suivant 2 axes de réflexion :
    • étude et mise en place d’une réglementation favorisant les véhicules de livraison de marchandises les moins polluants, notamment dans le cadre d’une ZCR
    • étude relative à une ZCR pour tous les véhicules : cette étude devra permettre de vérifier la faisabilité d’une telle mesure et ses effets sanitaires et sociaux et, le cas échéant, d’en définir les modalités de mise en oeuvre.
  • Action 2 : Déploiement d’un réseau de consignes pour le stationnement sécurisé des vélos sur voirie afin de proposer une offre de stationnement résidentiel sécurisé dans des quartiers où l’offre dans les immeubles d’habitation est insuffisante.
  • Action 3 : Diversification de la flotte Métrovélo, dans la perspective d’étendre la gamme d’usage du vélo à des besoins spécifiques tels que le transport de plusieurs enfants, de marchandises, etc.
  • Action 4 : Expérimentation sur voirie d’un produit de séquestration des particules en suspension à base d’acétate de calcium.
  • Action 5 : Étude de l’utilisation de micro-capteurs au service de l’observation de la qualité de l’air et de l’incitation au changement de comportement (Mobicit’air).
  • Action 6 : Sensibilisation et mobilisation des habitants pour la qualité de l’air, afin de renforcer la contribution des citoyens à l’effort collectif d’amélioration de la qualité de l’air.
  • Action 7 : Proposition de scénarios d’action publique en faveur de la qualité de l’air à partir d’objectifs sanitaires.

// Consulter le dossier de presse en cliquant ici

// Lire l’article de Sciences et Avenir « Transition énergétique : Grenoble signe un pacte avec l’État » en cliquant ici

// Consulter l’article sur le site de France 3 en cliquant ici

Share This