Sélectionner une page

Du vélo au train, et du boulevard Agutte Sembat à Grenoble, au Lyon-Turin. Voilà le chemin qu’ont parcouru, vendredi soir, les élus du conseil métropolitain.

Mais on va encore un peu voyager, dans le temps cette fois. Sur la base du protocole d’intention de 2007, il était prévu, pour le fameux projet de liaison ferroviaire transalpine, la participation des collectivités locales iséroises à hauteur de 53,4 millions d’euros. Depuis, de l’eau, beaucoup d’eau, a coulé sous les wagons. En 2012, le Département de l’Isère a fait part de son intention de ne plus intervenir dans le financement, notamment parce que la “Nouvelle voie du Voironnais”, aussi dite “shunt de Rives”, avait été écartée des projets. Et en 2016, c’est la Ville de Grenoble qui s’est retirée pour des raisons bien plus politiques.

// Lire la suite sur le site du Dauphiné en cliquant ici

Share This