Sélectionner une page
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Le bassin grenoblois est une nouvelle fois confronté à un pic de pollution hivernal. © Maxppp – Maxppp

Depuis mercredi, le bassin grenoblois est une nouvelle fois confronté à un nuage de pollution aux particules fines.

Saison 1 épisode 2… Après un premier pic de pollution de l’air qui s’est achevé dimanche, la Métropole Grenobloise est repassée en alerte ce mercredi, le seuil de cinquante microgrammes de particules fines par mètre cube d’air ayant été dépassé. Cette pollution atmosphérique entraîne une augmentation des troubles respiratoires (bronchites, bronchiolites) et une aggravation des maladies chroniques (pathologies cardiovasculaires et cancers).

Ça vous prend la gorge, cette année c’est pire que l’an dernier, en 2015, je n’avais pas tant souffert !

Atteint d’asthme sévère, José Alvez Dacruz souffre particulièrement depuis le début de l’hiver des pics de pollution. Ce peintre en carrosserie en invalidité depuis 2009 habite le village de Saint-Vérand, près de Saint-Marcellin, dans la vallée de l’Isère. Mais il passe plus de temps à l’hôpital que chez lui.

// Lire la suite sur le site de France Bleu Isère

Share This