Sélectionner une page

 

Le ticket vert 2016 du congrès de la FNAUT a été remis le vendredi 16 décembre au siège de Grenoble Alpes Métropole.

Créée en 1978, la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT) rassemble 150 associations de piétons, de cyclistes, d’usagers des transports urbains et interurbains, d’autopartageurs : des associations locales telles que l’ADTC Grenoble ou nationales telles que Rue de l’Avenir.

Association de consommateurs, agréée par l’Etat, et de protection de l’environnement, groupe de réflexion sur la politique des transports, la FNAUT étudie tous les modes de transport, de voyageurs et de fret, et leurs enjeux économiques, sociaux et écologiques. Elle est strictement indépendante politiquement.

Le Ticket vert 2016 de la FNAUT

Lors de ses congrès, qui ont lieu tous les deux ans, la FNAUT attribue aux responsables politiques des prix appelés Tickets verts et Tickets rouges. Lors de son 20ème congrès qui s’est tenu à Strasbourg les 21 et 22 octobre 2016, le Ticket vert a été attribué, sur proposition de l’ADTC Grenoble et de Rue de l’Avenir, à Grenoble Alpes Métropole pour l’instauration courageuse du 30 km/h dans 43 communes de l’agglomération grenobloise, dans le cadre de l’opération “Métropole Apaisée”.

La limitation de la vitesse à 30 km/h comme le développement des Transports en Commun sont indispensables pour donner des alternatives à l’autosolisme.

La FNAUT a salué plus particulièrement l’action de :

  • Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole,
  • Yann Mongaburu, vice-président délégué Déplacements,
  • Ludovic Bustos, vice-président délégué Espaces Publics et Voirie,
  • Eric Piolle, maire de Grenoble, ville-centre de la Métropole.

La modération de la vitesse automobile, une mesure d’avenir : la rue n’est pas une route

Le 30 km/h est une mesure « polyvalente » qui permet à la fois :

  • de réduire la consommation d’énergie ;
  • d’apaiser la ville, d’y améliorer la sécurité, d’y réduire le bruit et le stress ;
  • d’inciter les habitants à se déplacer à pied et à vélo ;
  • et donc, indirectement, de réduire la pollution de l’air, et qui ne freine pas le trafic routier puisque le 50 km/h reste en vigueur sur les axes structurants.

Instauré avec succès à Graz, deuxième ville autrichienne (250 000 habitants), dès 1992, le 30 km/h s’est peu à peu répandu en Europe. Il a déjà été introduit en France, mais seulement dans des villes petites ou moyennes. C’est la première fois que cette mesure est étendue à la quasi-totalité d’une grande agglomération.

// Lire le communiqué sur le site de la FNAUT

Share This