Sélectionner une page

ENTRETIEN – A mi-mandat, comment s’en sort la commune d’Eybens, dirigée par Francie Mégevand, maire (DVG – EELV) ? Les similitudes avec sa grande voisine, Grenoble, sont fortes : une majorité divers gauche, citoyenne et écologiste ; des options audacieuses en matière de participation citoyenne ; un volontarisme dans le domaine de la mobilité douce et des économies d’énergie… Et même un plan de sauvegarde, en préparation aussi. Certains le redoutaient, Francie Mégevand confirme bien la démolition de l’ex-collège des Saules, à cheval sur le quartier Baladins-Géants de Grenoble et Eybens. Enfin, la coprésidente du groupe RCSE avec Eric Piolle à la Métropole grenobloise revient sur la polémique autour du projet Cœurs de Ville, cœur de métropole.

 

Le 30 mars 2014, un petit séisme s’est produit : vous qui êtes une femme, qui plus est écologiste, avez été élue maire d’Eybens avec votre projet « Nouveau souffle », privant Marc Baïetto (PS) par ailleurs président de la Métro, d’un cinquième mandat. Depuis que vous êtes en place, l’opposition PS réunie sous l’étiquette Forces de gauche se tient plutôt tranquille… Cela vous étonne-t-il ?

Francie Mégevand – Pendant la campagne, ça a été présenté comme une sorte d’affrontement… Mais, moi, je ne l’ai jamais vécu comme cela ! […]. On est de gauche aussi ! […] Et donc il n’y a pas de rupture fondamentale dans la conduite de la ville… […] Le groupe Forces de gauche avait promis le chaos. Il n’y a pas eu de chaos, et il n’y a pas eu de chasse aux sorcières, ni de rupture fondamentale…

// Lire la suite sur le site de Place Gre’Net (article abonné)

Share This