Sélectionner une page

Le Voironnais et le Grésivaudan en pourparlers avec la Métro, des politiques communes… Et si sous l’impulsion de la métropole, les EPCI alentours étaient aspirées dans l’élan ? En Isère, on ne parle pas encore de pôle métropolitain mais on pourrait, à terme, y venir.

L’idée a été soufflée par Francis Gimbert, président de la communauté de communes du Grésivaudan, lors du discours qu’il a prononcé à l’occasion du congrès des maires de l’Isère : après la métropole en 2015, nous nous dirigeons vers la création d’un pôle métropolitain. A l’image de ce qui se fait plus au nord autour de Lyon : un pôle de collaboration entre Grand Lyon, Saint-Etienne Métropole, la Capi, ViennAgglo et l’agglomération Villefranche Beaujolais.

Quand on interroge la Métro, le propos est d’ailleurs nuancé. « En matière de transports, un syndicat mixte SRU est en cours de gestation, mais il n’existe pas de calendrier défini. L’hypothèse d’un pôle métropolitain n’est pas exclue notamment avec le voironnais (CAPV) et le Grésivaudan (CCG). Deux délibérations ont d’ailleurs été votées dans ce sens lors des séances publiques des 1er et 11 juillet dernier. » Sur les autres thématiques, d’autres projets sont envisageables mais pas encore précisés. En creusant un peu on comprend que la gestion des déchets à l’échelle d’un pôle métropolitain est possible. « Lorsqu’Athanor a facilité le tri des plastiques, il l’a fait pour la métropole, le Grésivaudan et d’autres intercommunalités. Il n’est donc pas impossible de le penser ».

// Lire la suite sur le site de l’Essor

Share This