Sélectionner une page

Les chiffres sur la pollution avancée par l’Inserm sur l’agglomération grenobloise font peur. De quoi motiver chacun à prendre les bonnes décisions pour un changement de comportement. Visant à aiguiller les changements pour une amélioration de la qualité de l’air, la métropole engage un plan d’action pour une « Métropole respirable ».

C’est lors du conseil métropolitain du 30 septembre que les élus votent le plan d’action pour une métropole respirable, portant jusqu’en 2020. Parmi ces mesures, certaines dont on a déjà parlé, comme l’interdiction des poids-lourds et véhicules de livraison dans le centre-ville de Grenoble (zone 38000) dès janvier 2017 grâce aux deux centres de distribution urbaine.

La promotion du vélo et des transports en commun. L’interdiction aussi des véhicules les plus polluants au fur et à mesure. Une annonce qui fait peur, mais qui selon une étude de la Métro auprès du monde économique ne concernerait que 400 véhicules sur l’agglomération (camions diésel immatriculés avant 2001, et tout utilitaire plus ancien que 1998).

// Lire la suite de l’article sur le site de L’Essor

Share This