Sélectionner une page
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

En vue de la Cop 21, le gouvernement mobilise fortement les collectivités territoriales. Ces dernières ont-elles les moyens de répondre à ses attentes ? 

 

Éric Piolle : À l’échelle locale, leur mise en action est de plus en plus visible. Des dynamiques s’enclenchent avec les plans climat. Les projets de rénovation thermique du parc immobilier se multiplient. Via les bailleurs sociaux, le nombre de logements concernés par ces travaux a ainsi doublé à Grenoble. Idem pour les copropriétés privées, là aussi grâce au financement public. C’est clairement positif. Pour autant, si l’injonction du gouvernement est légitime, demeure une contradiction forte. On ne peut ignorer la baisse drastique des dotations de l’État qui frappe les collectivités territoriales : pas moins de 11 milliards d’euros par an jusqu’en 2017. Rien que pour ma ville, c’est 18 millions d’euros en moins sur un budget de fonctionnement annuel de 250 millions. C’est colossal. Les élus locaux ont beau être motivés et conscients des enjeux à venir, leur capacité d’action est largement affectée. Et celles des acteurs associatifs engagés dans cette transition énergétique aussi, dans la mesure où les collectivités locales ne peuvent plus autant les aider qu’auparavant.

// Lire la suite sur le www.lhemicycle.com

Share This